La mascarade des explosions de cigarettes électroniques continue

accident-cigarette-electroniqueDeux accidents viennent relancer la polémique sur le danger d’explosion des cigarettes électroniques : le premier avec un canadien de 16 ans et le second avec un allemand de 20 ans. Comme les fois précédentes, ces nouvelles sont présentées à coup de photos chocs, elles sont copieusement diffusées à travers le net mais tout porte à croire que les conclusions des enquêtes des autorités seront absents des médias du monde entier ! Le but est de faire du bruit, certainement pas de rendre compte de la réalité.
Déjà en mai 2015, la fameuse explosion en France avait bénéficié d’une couverture médiatique impressionnante sur les chaînes de télévision, les stations de radios et les sites internet. Mais des investigations de la gendarmerie, les médias n’en n’ont pipé mot !

Explosion cigarette electroniqueUne mauvaise utilisation du matériel

Cette enquête de la gendarmerie déduisait que le vapoteur français de 21 ans avait installé dans son mod des accus dont l’ampérage était trop élevé. Etant donné l’âge limité des utilisateurs canadien et allemand, on peut supposer là encore que les cigarettes électroniques n’ont pas été utilisé dans le respect des consignes du fabricant. Peut-être même que le matériel a été ouvert, trafiqué ou endommagé en amont. Mais ce ne sont que des hypothèses…
Précisons qu’une explosion de cigarette électronique est impossible, bien que le langage à sensation adopté par les médias veuillent nos convaincre du contraire. Seule une implosion est probable : la cigarette électronique se consume de l’intérieur sans que des éléments de l’appareil soient projetés vers l’intérieur.

Brûlure cigarette electroniqueDes accidents très rares

Certains médias s’appuient sur ces éléments récents pour parler d’une multiplication alarmante des accidents liés à la cigarette électronique. Cette affirmation est excessive si on compare le nombre d’incidents au nombre de cigarettes électronique en circulation. En France où plusieurs millions de personnes ont adopté la cigarette électronique, on compte à ce jour seulement deux accidents, dont l’implosion que nous avons déjà rappelé en mai 2015. L’autre incident, c’est une dame de 64 ans brûlée à la cuisse par le contenu chimique de la batterie car la cigarette électronique, qu’elle avait mis dans sa poche, s’était bien évidemment cassé quand elle s’était assis dans son fauteuil ! A l’échelle du monde, on dénombre quelques dizaines d’accidents, principalement aux Etats-Unis. C’est peu quand on sait que la Chine compte 1,357 milliards d’habitants, que la cigarette électronique est là bas un véritable effet de mode, à tel point qu’il est de bon ton de posséder une cigarette électronique, que l’on soit fumeur ou non fumeur ! Si le risque d’implosion était si important, on peut supposer que nous entendrions parler plus souvent de tels incidents !

DGCCRF cigarette electroniqueDes normes plus que jamais nécessaires

La France est l’un des seuls pays à avoir normalisé le secteur de la cigarette électronique. Cependant, les normes élaborées par l’AFNOR en 2015 encadrent uniquement la cigarette électronique elle-même (XP D90-300-1) et les e-liquides (XP D90-300-1). Or, d’après la FEMA (Federal Emergency Management Agency), dans 80% des cas, l’accident survient au moment de la charge de la cigarette électronique, ce qui laisser à penser que les accus ou les chargeurs seraient à l’origine des accidents, c’est à dire des éléments qui ne sont pas concernés par les normes de l’AFNOR. A moins qu’il ne s’agisse de batteries défectueuses ou impropres à la consommation. Tout en saluant l’effort des fabricants français pour mettre en conformité leurs produits à la réglementation depuis 2014, la DGCCRF précisait dans les conclusions de son enquête en 2015 que 9 chargeurs sur les 14 analysés n’étaient pas suffisamment isolés pour prévenir tout accident. Peut-être faudrait-il envisager de nouvelles normes pour encadrer cette fois les chargeurs de cigarettes électroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*